GPSO 92 Issy Actu

Il fallait sauver la Coupe de France !

  • 0

Avant GPSO 92 Issy-Montpellier : la Coupe de France toujours magique ! Malgré la crise sanitaire!

Malgré la pandémie de Covid-19 qui a beaucoup affecté le football amateur depuis le mois d’octobre 2020, la Fédération Française de Football a tout fait pour garantir l’épreuve chère aux français, chez les filles comme chez les garçons.

Donnée pour morte en novembre en raison du deuxième confinement et resuscitée le 17 décembre 2020, la 20ème édition de la Coupe de France Féminine commence ce dimanche 31 janvier pour les Chouettes et les clubs de Division 1.

La FFF a imaginé deux parcours parallèles jusqu’aux huitièmes de finale: un pour les amateures de Régionale 1 et de Division2. L’autre, pour les clubs élites qui joueront donc entre eux ce week-end. Avant de retrouver les amateures au tour suivant.

Groupe A :

Guingamp-Soyaux

Bordeaux-Le Havre

Fleury-PSG (samedi 30/1)

Groupe B (dimanche 31/1 à 14h30):

Dijon-Paris FC

Reims-Lyon

GPSO 92 Issy-Montpellier ( stade Le Gallo à huis clos)


La Coupe de France féminine née en 2001 sous le nom de Challenge de France et rebaptisée Coupe de France en 2010, rassemble plus de 700 clubs au départ pour un seul vainqueur à l’arrivée. Et la magie opère chaque saison avec son lot de surprises…Mais c’est l’Olympique Lyonnais qui détient le record de victoires avec 11 trophées à son actif !

L’Olympique Lyonnais de Jean-Michel Aulas et Patrice Lair, Laetitia Philippe, notre nouvelle gardienne internationale, l’a déjà affronté en finale de Coupe de France le dimanche 13 mai 2012

Ce jour-là, sur la pelouse du stade Jacques-Rimbault de Bourges dans le Cher, Laetitia garde les buts de Montpellier qui a sorti le PSG en demi-finale! Face aux montpelliéraines qui ont pourtant gagné trois fois l’épreuve, il y a les futures championnes d’Europe : Sarah Bouhaddi, Wendie Renard, Sonia Bompastor, Amandine Henry, Camille Abily, Louisa Necib, Elodie Thomis, Eugénie Le Sommer et la redoutable buteuse suédoise, Lotta Schelin… Que des internationales qui s’offriront une semaine plus tard à Munich, une deuxième Ligue des Champions consécutive face aux allemandes de Francfort (2-0).

Devant 6500 personnes, à Bourges, Laetitia Philippe va s’incliner deux fois sur un doublé de l’irrésistible Lotta Schellin. «  J’avais de beaux gants tout noir ce jour-là, je suis forcément déçue car une finale ça se gagne… » confie-t-elle cette semaine. Montpellier, entrainée par Sarah M’Barek (seule femme coach de D1) et où évoluent de grandes joueuses comme Kelly Gadea, Marion Torrent, Marie-Laure Delie, Hoda Lattaf, Charlotte Bilbault, Viviane Asseyi et deux internationales japonaises, est battu 2-1 par la meilleure équipe d’Europe.

Pour Laetitia Philippe qui a connu le haut niveau avec Montpellier (11 saisons et 163 matches), cette finale reste pourtant un grand souvenir…


Nonna Debonne, elle aussi, a perdu la finale 2008 contre Lyon avec le PSG au Stade de France. Mais en 2010, pour la dernière édition du Challenge de France, elle soulève enfin le précieux trophée, la première victoire du Paris St Germain.

Le PSG remporte sa première victoire au Challenge de France en 2010

La défenseure du GPSO 92 Issy se souvient de ce dimanche 23 mai, où les parisiennes ont battu Montpellier 5-0 ( doublé de Caroline Pizzala), le tenant du titre , sur la pelouse du stade Robert Bobin de Bondoufle dans l’Essonne : « C’est la première fois aussi que le kop des supporters du PSG se rendait en masse à un match féminin ! » s’étonne Nonna. « Ils étaient bruyants mais derrière nous à fond. En réalité, on était tellement concentrées qu’il ne pouvait rien nous arriver ! »!

Nonna Debonne évoluait en défense centrale aux côtés de Laure Bouleau, Julie Soyer et Sabrina Delannoy. Avec Bérangère Sapowicz dans les buts et Elise Bussaglia au milieu. Le gratin du foot français. Nonna a prolongé la fête avec ses coéquipières dans une folle soirée chez Sabrina Delannoy… Un premier titre ce n’est pas rien !

La finale de cette Coupe de France se déroulera le 30 mai 2021 et sera diffusée en direct sur France télévisions et Eurosport.

Alain Vernon


Un match nul qui permet aux chouettes de sortir de la zone rouge

  • 0

D1 Arkema 13ème journée HAC-GPSO 92 Issy (0-0) : un point bien mérité !

A voir les visages des havraises à la fin du match nul (0-0) contre les Chouettes, on comprenait qui avait pourtant fait la bonne opération : le club du 92 ,  auteur d’un très bon match en Normandie, 10ème au classement avec deux points d’avance sur Le Havre !

Match de reprise sur le terrain gras du stade de la Cavée Verte pour les deux équipes, victimes de l’épisode neigeux du week-end dernier…

Avec, côté isséen, deux attaquantes blessées (Batcheba Louis et Esther Mbakem Niaro).  Yacine Guesmia a mis en place un dispositif tactique solide :

Philippe-Barclais-Debonne-Butel (cap.)-Boudaoud-Rabanne (puis Zemzem)-Mills(puis de Carvalho)-Pereira-Pantuso-Teinturier-Kaabachi (puis Borgella)

Les hacwomen, elles,  débutaient avec leurs trois internationales islandaises dont Andrea Hauksdóttir, arrivée cette semaine .

Laetitia Philippe à l'entraînement

Laetitia Philippe à l’entraînement

Et dans les buts des Chouettes, la nouvelle gardienne internationale française, Laetitia Philippe qui a montré beaucoup de maturité dans les moments chauds pour la défense isséenne (sortie aux poings 26ème et belle détente au sol 45ème).

Dans ce match à gros enjeu, chaque équipe a eu des occasions franches mais c’est le manque d’efficacité qui est à retenir. Laurie Teinturier, Julie Rabanne qui a beaucoup tenté de loin, en lob, ou en venant buter sur la gardienne, méritaient mieux. Tout comme Ella Kaabachi en première période.

En seconde période, Julie Rabanne toujours aussi active sur le front de l’attaque aurait du bénéficier d’un pénalty pour une charge irrégulière dans la surface (65ème) !

Les havraises insistent aussi offensivement sous un soleil bienvenu mais Celya Barclais sauve sur sa ligne (80ème), avant de frapper au- dessus du but havrais trois minutes plus tard…

En fin de match, l’arbitre, Madame Maika Vanderstichel, refusait un but havrais de l’islandaise Thorvaldsdóttir pour un  hors-jeu contesté par le HAC. Mais Michaël Bunel, le nouveau coach des hacwomen, reconnaissait le manque de réalisme de ses joueuses.

Le directeur  sportif du GPSO 92 Issy, Alexandre Barbier, félicitait quant à lui des Chouettes vaillantes et méritantes : “ C’était un bon match des filles. Avec une bonne mise en place. C’est un bon point de gagné même si nous avons manqué d’efficacité…”

“Oui ! On aurait du gagner !” clame Yacine Guesmia au sortir des vestiaires, mais avec ce sourire qui en dit long sur la fierté qui l’anime après le premier match nul de la saison des Chouettes…

Prochain match de D1 Arkema : contre  Soyaux( battu à Dijon et à égalité de points avec le club des Hauts-de-Seine) au stade Le Gallo de Boulogne le 6 février. A domicile. L’occasion d’assurer le maintien ?…

Bravo les filles ! Ce match nul nous fait du bien…

Au Havre

Alain Vernon


Laetitia Philippe : une internationale pour garder les buts du GPSO 92 Issy !

  • 0

Laetitia Philippe, aux couleurs de l'équipe de France. Source photo: FFF

Laetitia Philippe, aux couleurs de l’équipe de France. Source photo: FFF

Après un contrôle médical auprès du docteur Carole Desthieux et une présentation officielle par la présidente Christine Aubère, elle a pris sa place naturellement dans les buts du stade Le Gallo de Boulogne ce lundi 18 janvier. La nouvelle gardienne du club des Hauts-de-Seine, prêtée sans option par Fleury (D1) jusqu’au 30 juin 2021, a fait connaissance avec ses nouvelles coéquipières avant d’entamer une séance soutenue en compagnie de Solène Froger et Djanae Longo Nsame, sous les directives de Jordy Longui, le coach des gardiennes.

Laetitia Philippe (1,73m) portera le numéro 16 jusqu’à la fin de saison avec le GPSO 92 Issy et sera dans le groupe qui se déplace au Havre samedi prochain pour la 13ème journée D1 ARKEMA.

Internationale à quatre reprises entre 2009 et 2015 grâce à Bruno Bini et Philippe Bergeroo, Laetitia Philippe, 29 ans, née à Chambéry, a tout connu dans le foot féminin .

Une carrière professionnelle à Montpellier pendant onze saisons (163 matches) où elle a joué ses premiers matches de Ligue des Champions, une finale perdue de Coupe de France contre Lyon en 2012, avec toujours à ses côtés, le regretté Bruno Martini , “un second papa” comme elle dit.

Avec l’Equipe de France, Laetitia a été de toutes les aventures : un titre européen avec les U19 en 2010 en Macédoine, la Coupe du Monde en Allemagne en 2011, les Jeux Olympiques de Londres en 2012 et Rio en 2016 et l’Euro 2017 aux Pays-Bas en compagnie des Bleues d’Olivier Echouafni…

Laetitia Philippe connaissait le club d’Issy par Pauline Peyraud-Magnin, passée par le club du 92 : “Une équipe avec des valeurs qui monte de Division2”.

Enfin, Laetitia adore la cuisine : “ La faire et la déguster” confesse celle qui commenta la dernière finale de Coupe de France à Auxerre, Lyon-PSG, avec Fabien Lévêque sur France télévisions. Une vraie réussite !

Bienvenue Laetitia ! On espère que tu nous aideras à nous maintenir en Division 1…

Alain Vernon


1er match de l’année 2021 annulé et reporté:

  • 0
Echauffement des chouettes, avant la potentielle rencontre face à DFCO. Crédit photo: Alexandre NADJAR

Echauffement des chouettes, avant la potentielle rencontre face à DFCO. Crédit photo: Alexandre NADJAR

A l’arrivée des trois arbitres du match GPSO 92 Issy-DFCO ce samedi 16 janvier vers 13h, le terrain synthétique du stade Le Gallo de Boulogne est déjà bien enneigé . Et surtout, malgré les efforts de l’équipe municipale, les lignes autour du terrain sont vite invisibles. La neige qui tombe sur l’Ile-de-France depuis 10h30 du matin va-t-elle empêcher les Chouettes de disputer la 12ème journée qui marque le début des matches retour ?

Equipe des gardiennes de but de Jordy LONGUI: Solène FROGER et Djanae LONGO

Equipe des gardiennes de but de Jordy LONGUI: Solène FROGER et Djanae LONGO. Crédit photo: Alexandre Nadjar

Jusqu’à 14h30 (heure du coup d’envoi officiel), Madame Vanessa Cruchon, arbitre de centre, arpente plusieurs fois le terrain avec ses assistantes, examine les lignes, discute avec les staff et les dirigeants des deux clubs. Elle consulte aussi l’arbitre du match à Fleury ( Fleury-Le Havre) en région parisienne, avec le délégué national de la FFF, Yoann Civrac.

Les joueuses n’ont pas les bons appuis sur ce sol enneigé et les dijonnais souhaitent rentrer en Côte d’Or.

Réglementairement, l’arbitre peu attendre 45 minutes pour prendre sa décision et faire rejouer le match le lendemain, dimanche…

14h35, les deux capitaines et les deux entraineurs sont convoqués : le match est reporté à une date ultérieure ! L’enneigement du terrain ne permettant pas de jouer en respectant l’intégrité physique des actrices. C’est la FFF qui fixera une nouvelle date.

Le match Fleury-Le Havre est également reporté.

Le calendrier féminin offrant suffisamment de dates disponibles pour rejouer, il était inutile de faire prendre des risques aux deux équipes .

Le DFCO de Yannick Chandioux est reparti en car vers Dijon et les Chouettes ont une nouvelle semaine de préparation avant d’aller jouer au Havre, samedi 23 janvier.

Sur la feuille de match, Yacine Guesmia avait aligné l’équipe suivante :

Froger-Barclais-Butel-Debonne-Boudaoud-Pantuso-Rabanne-Pereira-Kaabachi-Teinturier-Borgella

Remplaçantes : Zemzem-Creus-Mills-De Carvalho-Bayo-Domoraud-Longo Nsame

A Le Gallo,

Alain Vernon


Interview de Yacine GUESMIA, entraîneur de l’équipe élite, veille de la reprise du championnat D1 ARKEMA

  • 0
Yacine GUESMIA, à gauche, entraîneur de l'équipe D1

Yacine GUESMIA, à gauche, entraîneur de l’équipe D1-Crédit photo: Patrick VIELCANET

Yacine, quel bilan faites-vous des matches “aller” ? 

«  On est dans l’apprentissage du haut niveau. On reste proche de notre objectif du maintien car nous ne sommes pas détachés au classement. On a montré sur plusieurs séquences de matches qu’on pouvait rivaliser avec les meilleurs. Malgré la découverte de la Division 1, il y a des points positifs. »

 

Vous avez repris l’entraînement dès le 28 décembre, sur quelles thématiques s’est effectuée la préparation des matches “retour” ?

«  On met l’accent sur l’aspect mental. Le dépassement de soi, le combat, le goût de l’effort pour un groupe qui cherche avant tout le maintien. »

 

Quel impact a la crise sanitaire sur la préparation du GPSO 92 ISSY ?

«  La crise, actuellement, ne change pas trop notre quotidien. En revanche, l’été passé, en juillet, après quatre mois d’arrêt et la montée en D1, on en a plus souffert, avec des filles qui, encore une fois, découvraient le haut niveau.»

 

Avez-vous procédé à des recrutements pendant le mercato d’hiver ?

«  Rien d’officiel pour l’instant. Ce groupe vit bien comme l’on dit, les blessées reviennent à leur niveau. On fait confiance aux filles qui ont joué les matches aller. »

 

Quel discours allez-vous tenir dans le vestiaire avant la réception de Dijon ce samedi 16 janvier?

«  On doit être conquérant ! Comme si on allait jouer plusieurs finales d’affilée. On a le droit de ne pas être meilleur que nos adversaires mais on n’a pas le droit de ne pas se donner à fond. Sortir la tête haute de chaque match et être fières de poursuivre notre objectif . »

 

A samedi !!

 

Propos recueillis par Alain Vernon


Gardienne de but: le poste qui fait débat dans le foot féminin.

  • 0

Qui connait aujourd’hui les gardiennes de Division 1 féminine, alors que le grand public peut aisément citer des joueuses de champ de Lyon, du PSG, de Bordeaux ou de Montpellier ? Surtout depuis la Coupe du Monde en France en 2019.

Désignée à quatre reprises meilleure gardienne du monde par la FIFA entre 2016 et 2020, forte de 11 titres de championne de France avec l’Olympique Lyonnais, de 8 Coupes de France et surtout de 7 Coupes d’Europe, Sarah Bouhaddi est la plus célèbre de nos gardiennes de but en France.

Sarah Bouhaddi lors du match contre le Nigéria, lundi. Photo: Pascal Bonnière – La Voix du Nord

Même si la lyonnaise a mis, à 34 ans, sa carrière internationale entre parenthèses au profit de l’excellente Pauline Peyraud-Magnin (Atlético de Madrid), Sarah Bouhaddi reste la référence à ce poste dans le football féminin avec près de 300 matches en club et 149 sélections en Equipe de France. Elle est la plus forte sur sa ligne, dans les séances de tirs au but ou dans les sorties aériennes. Elle n’a peur de personne dans les sorties au sol et impressionne les attaquantes. Un rempart de 1,75m qui rappelle la fantastique autant que facétieuse américaine Hope Solo, reine des gardiennes mondiales avant Sarah Bouhaddi. Double championne olympique en 2008 et 2012 et championne du monde avec les Etats-Unis en 2015, Hope Solo , 1,75m aussi, reconnaissable à sa longue queue de cheval brune, ses yeux en amande et son physique de mannequin, dégageait une incroyable autorité dans sa surface de réparation et sur ses coéquipières. Mais en dehors de ces deux stars mondiales, les gardiennes de but ont du mal à forcer l’admiration. Solène Durand( Guingamp), Mylène Chavas (Dijon), Manon Heil (Fleury), Cindy Perrault (Montpellier), Camille Pecharman ( Paris FC), Romane Munich ( Soyaux) et nos Chouettes Solène Froger et Pauline Moitrel ont beau jouer dans l’élite, trop peu de supporters connaissent leurs visages. Il fait dire que la médiatisation du foot féminin n’a pas la même ampleur que chez les garçons…

Read More


Bilan de la première partie de saison 2020/21 D1 ARKEMA

  • 0

Comme chaque mercredi après midi, Christine Aubère vient de diriger l’école de football des Mini Chouettes au stade Gabriel Voisin d’Issy-les-Moulineaux. C’est là que la présidente nous accueille pour dresser un état des lieux de la première partie de saison .

Christine AUBERE, Présidente du GPSO 92 ISSY, et les mini chouettes (4-7 ans) au stade Gabriel VOISIN

Christine AUBERE, Présidente du GPSO 92 ISSY, et les mini chouettes (4-7 ans) au stade Gabriel VOISIN

 

 

 

Les résultats :

“Certes nous sommes relégables mais notre objectif reste le maintien . Nos deux victoires contre Bordeaux et Soyaux prouvent qu’on a un potentiel, de la rigueur, de l’exigence et un collectif. Nos efforts doivent nous conduire à réaliser une meilleure deuxième partie de saison. Et, je le répète, c’est l’apprentissage du haut niveau…”

Classement du Championnat D1ARKEMA après la 11ème journée. Source: FFF

Classement du Championnat D1ARKEMA après la 11ème journée. Source: FFF

 

L’organisation du club :

“Le club doit se professionnaliser en permanence. Car on s’aperçoit que l’exigence de la Division1 a changé entre notre première apparition dans l’élite en 2012 et notre retour en 2020. Il y a désormais un fossé entre la D1 et la D2. Il faut obtenir de bons résultats pour valider notre projet. L’arrivée d’Alexandre Barbier comme directeur sportif, ancien joueur professionnel et passé par cette fonction au Stade de Reims, nous amène une plus value, souhaitée depuis longtemps.”

Les structures :

“Pour pouvoir afficher une identité de club, il nous faut un stade, des vestiaires, des terrains d’entraînements, un club house où nous nous sentirions chez nous. C’est la force des clubs de haut niveau où les joueuses peuvent se retrouver, manger, apprendre ensemble. Or notre éparpillement n’est pas propice au développement rapide du club. En Ile-de-France et dans le 92 en ce qui nous concerne, on ne peut pas inventer des terrains, diminuer les effectifs des clubs ou les équipes. C’est une région dense en clubs. Chacun doit trouver sa place avec suffisamment d’harmonie grâce à une politique intelligente de tous les acteurs politiques. Le foot féminin comme le futsal, le foot masculin…”

Le mercato d’hiver :

“Oui nous cherchons à renforcer l’effectif. Ce que nous n’avons pas pu réaliser cet été à cause de la Covid, nous allons le faire sous l’autorité du directeur sportif et en collaboration avec le staff actuel, dirigé par Yacine Guesmia. La situation sanitaire a compromis en partie notre préparation. Plusieurs filles étaient blessées en début de saison comme Mélanie Carvalho, Sarah Janbon ou Julie Peruzetto.

Roselord Borgella est arrivée plus tard que prévu… J’ajoute que toutes les filles, les bénévoles, le club méritent le maintien, de même que nos partenaires dont l’approche a été freinée par la pandémie.”

Read More


Pour le dernier match avant la trêve de Noël, les chouettes affronteront l’Olympique Lyonnais. Nous avons rencontré Camille ABILY

  • 0

Pour boucler les matchs aller du championnat de Division 1, le GPSO 92 ISSY se déplace à Lyon samedi 12 décembre 2020 pour y affronter l’ogre aux 7 victoires en Coupe d’Europe et aux 14 titres nationaux : l’Olympique Lyonnais féminin !

Nous avons interrogé l’ancienne internationale, Camille Abily, 183 sélections, 37 buts en Bleue et 523 matches avec l’OL, 5 Ligue des Champions, 11 titres nationaux et 7 Coupes de France. Camille Abily (36 ans le 5 décembre), élue Lion d’Or 2011 des sportifs lyonnais, est, cette saison, entraîneure-adjointe du coach Jean-Luc Vasseur :

Comment jugez-vous le parcours des filles du 92 cette saison ?

“ Leur montée en D1 a été une agréable surprise compte-tenu de leurs moyens. Mais leur persévérance a payé. Leur parcours est aussi une bonne surprise . Avec des résultats bons parfois, comme contre Bordeaux, Soyaux ou même Montpellier . En revanche, même si c’était moins bon face à Reims, Paris FC puis contre le PSG et Guingamp, ces résultats ne sont pas révélateurs de leur qualité de jeu.”

Votre opinion sur le niveau de la Division 1 :

“ Je trouve que le foot féminin progresse en France. Les conditions d’entrainement, les salaires, les moyens sont meilleurs. Les équipes sont mieux préparées. Il n’y a plus ce fossé entre les grosses écuries et les autres. Regardez Montpellier ou Bordeaux qui ont du mal a chaque match…”

 

 

 

 

 

 

 

Votre meilleur souvenir avec l’Olympique Lyonnais :

“Assurément les deux premières Ligues des Champions gagnées en 2011 et 2012. Des moments particuliers d’autant qu’on battait enfin les équipes allemandes…”

 

Patrice Lair (59 ans), l’entraîneur de Camille Abily avec l’OL féminin, l’un des entraîneurs français les plus titrés, avec 2 Ligues des Champions, 4 titres nationaux, 3 Coupes de France pour 132 victoires et 3 défaites seulement, nous confie aussi son sentiment :

“Les filles des Hauts-de-Seine sont jeunes et valeureuses. Même si c’est difficile, elles font l’effort de pratiquer un jeu appliqué au sol. Malgré quelques larges défaites, elles avancent et progressent. Elles ont de belles réactions ! Il faut dire qu’il y a 3 championnats en Division 1 : Lyon et PSG devant. Bordeaux, Montpellier, Reims, Dijon, PFC, Guingamp qui se disputent la troisième place et les amateures qui luttent pour le maintien…”

Patrice Lair, toujours fier de son aventure lyonnaise entre 2010 et 2014. Il a réussi avec Lyon en Coupe d’Europe, là où il avait échoué avec Montpellier. Il a offert au président Aulas, avec les coéquipières de Camille Abily, ce que les garçons n’ont toujours pas réussi à l’OL…

 

Propos recueillis par

Alain Vernon

 

 

Prochain match de la première division – D1 ARKEMA

Division 1 Arkema 10ème journée : Les Chouettes méritaient mieux !

  • 0

Batcheba Louis, attaquante du GPSO 92 ISSY, buteuse face à Montpellier HSC. Crédit photo: Alexandre NADJAR

Batcheba Louis, buteuse face à Montpellier HSC

Battues 3-1 à Montpellier , le GPSO 92 ISSY a pourtant livré une belle bataille contre l’une des grosses cylindrées du championnat de Frrance. On peut même dire que c’est une défaite qui appelle des victoires…

Yacine Guesmia a d’abord dû changer son fusil d’épaule au dernier moment, avec la blessure à la cheville pendant l’échauffement de Stéphanie Bayo, titulaire en défense.

C’est finalement avec un onze remanié que le GPSO 92 ISSY commence son match :

Froger-Boudaoud-Butel (cap.)-Debonnne-Barclais-Rabanne-Pantuso-Mills-Kaabachi ( puis Pereira)-Teinturier ( puis Borgella)-Louis.

Côté montpelliérain , Elisa de Almeida, de retour de sélection, est titulaire alors que Marion Torrent est toujours blessée.

Sur la très belle pelouse du stade Mama Ouattara au domaine de Grammont, les Chouettes multiplient les contre-attaques en première mi-temps : Julie Rabanne tente un lob après plusieurs débordements qui méritaient mieux de Laurie Teinturier et Kayla Mills.

Les professionnelles de Montpellier doivent attendre la 35 ème minute pour se créer une vraie occasion, lorsque De Almeida bute sur Solène Froger, bien sortie dans les pieds de la jeune et brillante défenseure centrale de l’Equipe de France…

0-0 au repos et beaucoup de satisfactions pour les filles du 92, vigilantes en défense, dangereuses en contre et courageuses.

Les chouettes du GPSO 92 ISSY face à Montpellier féminines. Crédit photo: MHSC

Les chouettes du GPSO 92 ISSY face à Montpellier féminines. Crédit photo: MHSC

C’est le début de la seconde période qui emballe ce match. Frédéric Mendy, le coach du MHSC, fait entrer Dominika Skorvankova, l’internationale slovaque, qui inscrit le premier but d’un joli lob dans la lucarne gauche de Solène Froger (47 ème)…

La réponse des Chouettes est immédiate : passe en profondeur au sol de l’américaine Allison Pantuso qui met Batcheba Louis en orbite. L’attaquante haïtienne des Hauts-de-Seine prend la défense de vitesse et égalise d’un tir croisé du gauche (49 ème) . Batcheba ( 3 buts en Division 1 et meilleure buteuse des Chouettes)vole un peu la vedette à l’autre haïtienne de Montpellier, Nerilia Mondesir qui est aussi sa capitaine avec Haïti. 1-1 ! Et l’espoir d’une victoire qui renait sur le banc du GPSO.

Mais l’expérience des montpelliéraines va avoir raison du courage de nos filles qui accusent un passage à vide avant d’encaisser deux nouveaux buts par l’internationale suédoise, Marija Banusic (73 ème) et l’internationale allemande, Lena Petermann (77 ème)…

3-1 ! Le sort des Chouettes est scellé mais les deux staff louent leur abnégation car elles méritaient beaucoup mieux dans l’Hérault. Toute l’équipe est à féliciter !

Fred Mendy (entraineur de Montpellier) : “On savait que cette équipe du 92 avait de la qualité. Elles ont eu des situations de but en première mi-temps notamment avec Laurie Teinturier. Pour moi, elles ne sont pas à leur vraie place au classement !”

Yacine Guesmia (entraineur du GPSO 92 Issy) : “ Moi, je n’ai rien à reprocher aux filles qui ont été valeureuses contre une équipe de haut niveau qui a su faire la différence en deuxième mi-temps “

Que ce soit dans les paroles du directeur sportif, Alexandre Barbier ou de la présidente, Christine Aubère, tous les observateurs présents à Montpellier, s’accordent à dire que la prestation de nos Chouettes appelle des victoires, à condition de réitérer ce type de match solide jusqu’à la fin de saison…Et notamment à Lyon samedi prochain où nous sommes attendus par les Championnes de France et Championnes d’Europe en titre !

Au classement , le GPSO 92 ISSY reste dixième avec 6 points , à égalité avec Soyaux ( battu 2-1 à Bordeaux). Avec 2 points d’avance sur le dernier, Le Havre, battu par Lyon. Et avec 4 points de retard sur Guingamp, battu 1-0 par Fleury.

Alain Vernon


Les Chouettes soutiennent les Bleues

  • 0

Après sa victoire 3-0 contre l’Autriche vendredi 27 novembre ( but de Wendie Renard et doublé de Marie-Antoinette Katoto), l’Equipe de France de Corinne Diacre est donc qualifiée pour l’Euro 2022 en Angleterre (6-31 juillet).

Les Bleues qualifiées pour l'Euro 2022 - Source photo: Simon Morcel/FFF

Les Bleues qualifiées pour l’Euro 2022 – Source photo: Simon Morcel/FFF

Le club GPSO 92 ISSY félicite les Bleues et les Chouettes encouragent d’ores et déjà les filles de l’Equipe de France, sur la route d’un premier succès international espéré. Les Bleues ont en effet échoué jusqu’à présent dans la conquête du Graal. En Championnat d’Europe ou en Coupe du Monde, nos tricolores n’ont atteint qu’une seule fois le dernier carré: battues par la Suède pour la 3e place lors de la Coupe du Monde 2011.

Quart de finalistes aux Euro 2009, 2013 et 2017.

Quart de finalistes en Coupes du Monde 2011, 2015 et 2019 en France, battues par les USA (2-1)…

Enfin, aux Jeux Olympiques , la France est battue en demi-finale contre le Japon (2-1) aux JO de Londres en 2012 et en quart contre le Canada (1-0) à Rio en 2016 !

Les Chouettes soutiendront en particulier Aïssatou Tounkara, la défenseure centrale de l’Atlético de Madrid, passée par le FF Issy en U15 en 2008, alors en Division 2. Tounkara, née le 16 mars 1995 à Paris de parents sénégalais, a commencé le foot aux Buttes Chaumont avant de signer dans le club du 92 présidé par Christine Aubère.

Aissatou TOUNKARA - Source: Instagram

Aissatou TOUNKARA – Source: Instagram

Puis en 2010, à 17 ans, elle choisit le club de Juvisy (futur Paris FC) et jouera deux demi-finales de Ligue des Champions contre l’Olympique Lyonnais.

Pour la Coupe du Monde 2019 en France, Aïssatou est bien dans le groupe des 23 joueuses sélectionnées, mais Corinne Diacre ne la fera pas jouer un seul match contre la Corée du Sud, la Norvège, le Nigéria, le Brésil ou les Etats-Unis… La paire lyonnaise Renard-Mbock étant indétrônable en défense centrale. A 25 ans, elle compte 14 sélections en Bleue, après avoir gagné la Coupe du Monde des U17 en 2012 et l’Euro des U19 en 2013 sous le maillot tricolore. Les Chouettes souhaitent aussi un prompt rétablissement à Aïssatou, touchée par le Covid et absente contre l’Autriche à Guingamp.

Tounkara mais aussi la gardienne Pauline Peyraud-Magnin, 28 ans numéro 1 depuis le retrait de Sarah Bouhaddi.

Pauline, née à Lyon, était troisième gardienne de l’OL lorsqu’elle est prêtée au FF Issy, remonté en Division 1 pour la saison 2014-2015. Le club du 92 lui sert de tremplin vers France B puis l’AS St Etienne en 2015, l’OM en 2016 et retour à Lyon en 2017. Pauline s’exile ensuite en Angleterre où elle est championne avec Arsenal avant de réaliser son rêve : jouer en Espagne où elle évolue à l’Atlético de Madrid, avec Aïssatou Tounkara, depuis juillet 2018.

Les Chouettes vont d’ailleurs se frotter à plusieurs internationales qualifiées pour cet Euro 2022, lors de leurs deux prochains matches, en déplacement à Montpellier le 5 décembre et à Lyon le 12 décembre, dernier avant la trêve de Noël.

Contre les montpelliéraines Marion Torrent, Elise de Almeida et les lyonnaises Wendie Renard, Sakina Karchaoui, Amandine Henry, Delphine Cascarino, Eugénie Le Sommer et Amel Majri…

L’occasion pour nos Chouettes de consolider leur expérience dans le haut niveau !

Affiche de match 10ème journée D1 ARKEMA face Montpellier HSC

Affiche de match 10ème journée D1 ARKEMA face Montpellier HSC

Alain Vernon